im(press)ions

Papier fragile, mots déposés sur le.
Par écrivains d’hebdomadaires, mensuels…
Mots, plaisants ou non, partageant l’expérience.

+ VIOLENCES – Corps et tentations : Article du 16/11/2016 par Jean-Pierre Thibaudat sur son blog médiapart.

gabily-gibiers-ancien-1copyright : Gilles MASSON

« Qu’ont en commun Simon-Élie Galibert, Charlotte Guennoc, Mathieu Boisliveau, Caroline Logiou  et Sara Amrous (lire ici)? L’âge, celui de la jeunesse, et une passion infinie pour l’œuvre de Didier-Georges Gabily que chacun d’entre eux a mis en scène. Ils étaient samedi, dimanche et lundi dernier au théâtre Monfort pour l’hommage rendu à celui qui a disparu il y a vingt ans, l’année de ses quarante et un ans. (…) Ce fut le point clef de ces rencontres: on vit le flambeau être passé à ces jeunes compagnies qui entrent dans l’oeuvre de Gabily comme dans un champ de fouilles où l’on pioche longtemps avant d’entrevoir parmi les ossements, un trésor. C’est le cas de la horde (ses fondateurs préfèrent ce mot à celui de compagnie ou de collectif) Nous n’irons pas plus loin. Des acteurs sortis du cours Florent (une des actrices est depuis entrée à l’école du TNB) qui écrivent collectivement une « Not(r)e (d’) intention » :  : « Pour nous, « Violences , corps et tentations » [la première partie de la pièce], en janvier 2015, constitue un acte de naissance. Acte démesuré, volontairement excessif, nous pensons alors avoir la jeunesse et la fougue nécessaire pour défendre une telle entreprise. C’est un POINT DE DEPART (comme un acte POLITIQUE (?) -Affirmer que la défense du POÉTIQUE est politique), le début d’un travail de défense des langues CONTEMPORAINES exigeantes et puissantes. ». La horde a créée la seconde partie de « Violences, Ames et demeures » en mai dernier. Elle voudrait présenter le tout. Mais où ? Aucune porte ne s’est ouverte jusqu’à ce jour. Cet acte de « Violences » mis en scène par Simon Elie Galibert Jacob et Charlotte Guennoc, remonté à la hâte, a ouvert ces trois jours supervisés par Jean-François Sivadier, samedi dernier à 14h, précédé comme chaque matin d’un atelier gratuit de quatre heures mené par des acteurs du groupe T’ chanG ! qui s’y sont relayés (Virginie Lacroix, Serge Tranvouez, Christian Esnay, Catherine Baugué) ouvert à tous et gratuit. »